De libertés en crises

11 janvier 2013

2013 année de transition mondiale et Monsieur le Président

Je ne suis pas un grand fan des voeux de nouvel an, surtout quand on connait pour cette année les perspectives économiques catastrophiques. Je souhaite donc à mes visiteurs le meilleur possible, surtout sur le plan de la santé et des amitiés, de la famille. Car sur le plan économique, on va vers une sorte de tsunami financier, les opérateurs financiers qui manipulent la réalité des chiffres autant que les lois le leur permettent (quand ce ne sont pas des pratiques frauduleuses couvertes au plus haut niveau de l'Etat, comme le scandale du Libor en Grande-Bretagne en 2012) se rapprochent du mur de la réalité et donc du grand retour de manivelle prévu. L'Europe sera au coeur de la tempête en 2013, tirée vers le bas par une économie mondiale en plein marasme, et ce ne sont pas les Etats-Unis qui feront mentir cette prévision, leur "Fiscal Cliff" devra bien être traité, il le sera mais par des coupes drastiques dans les dépenses publiques (ce qui peut sembler le comble pour un Président Démocrate), entraînant l'économie américaine dans la plus grande récession depuis les années 30. L'Europe, donc, qui continue, malgré les espoirs de l'alternance en France, à pratiquer la même politique d'austérité que même le FMI, pourtant expert en la matière, commence à condamner, alors que c'est lui qui en avait été le prescripteur. Les conseilleurs n'étant pas les payeurs, comme d'habitude, il a fait marche arrière à l'automne 2012, prétextant une erreur dans un coéfficient multiplicateur! Des économistes hors système, très respectables (deux prix Nobel tout de même) tiraient la sonnette d'alarme depuis 2008 mais personne ne les écoutait et personne ne les écoute, du moins dans le monde cotonneux des "preneurs de décision". De quelles décisions parle-t-on puisque les hommes politiques du système (droite libérale et gauche libérale) lâchent de sommet en sommet des trésors de souveraineté, laissant le champ libre aux forces soi-disant "rationnelles" du marché. Ils n'ont pratiquement plus aucun levier pour influer sur le cours des choses. Ne leur reste donc plus que les discours creux comme leurs crânes d'oeuf et la méthode Coué du genre "La crise est derrière nous", "la courbe du chômage va s'inverser fin 2013", etc... De qui se moque-t-on? Mais la vraie question sera bientôt : "qui les écoute encore?". Et qui va encore avoir envie de voter pour des gens qui ont bradé la souveraineté de leur pays dans des traités européens anti-sociaux et ultra-libéraux alors qu'ils promettaient le contraire pour tenter de rendre plus attrayante une campagne présidentielle morose, à peine pimentée par les excès de l'extrême-droite et la renaissance inespérée d'une gauche anti-libérale dont les scores ne reflètent pas encore les véritables aspirations d'un Peuple de gauche encore traumatisé par le verdict du 21 avril 2002 et qui a donc préféré jouer la sécurité, jouer profil bas pour enfin se débarrasser des outrances d'un pouvoir sarkozyste énergétivore et angoissant. Ca va remuer aussi dans certaines régions du monde où la pression sur les populations est telle que des soulèvements sont à attendre. L'Afrique est à surveiller de près, l'intervention en Libye a provoqué la déstabilisation de toute une région, les forces rebelles en ont profité pour s'armer et semer la terreur au Mali où les mêmes occidentaux qui avaient joué l'interventionnisme en Libye sont aujourd'hui obligés d'intervenir pour tenter de réparer les dégats qu'ils ont eux-même créés. Hollande ne déroge pas à la règle malgré ses beaux discours sur la fin de la Françafrique durant la campagne présidentielle. Eh oui, Monsieur le Président, en finir avec la Françafrique, cela signifie rompre avec une manière de voir le monde dont rien, dans tout ce que vous avez décidez depuis votre élection, ne montre que vous en ayez l'envergure. Toutes les décisions prises depuis votre sacre vont en effet dans le sens de ce qui a toujours été fait en France. Pour rompre avec la Françafrique, il faut une réorganisation structurelle historique, or vous vous alignez sur le modèle occidental d'après-guerre qui est en train de s'écrouler. En ce sens, vous n'avez pas plus de vista que votre prédécesseur. Lui avait l'excuse d'être pris au dépourvu par l'Histoire s'écrivant. Vous, n'avez même pas une seule excuse. Mais je vous sait gré, comme tout le Peuple de gauche, de nous avoir débarrassé de ce pouvoir omniprésent et impuissant, arrogant mais sans réel pouvoir. J'ai l'impression que vos troupes font la même erreur. Vous avez encore le bénéfice du doute et la chance du début. Mais le Parti Socialiste, si vous échouez, ce que je ne souhaite évidemment pas, sera moribond. Vous le savez. J'ose croire à la prophétie d'Emmanuel Todd, qui pense que vous serez soit un nain, soit un géant. J'espère que la deuxième option l'emportera, mais votre politique d'austérité, désastre annoncé, me fait craindre le pire. Ou peut-être l'échec et la catastrophe accéléreront-ils l'Histoire et vous révéleront-elles? Qui sait? Mais les décisions prises sont celles de l'Ancien Monde et vous êtes à mes yeux mal partis, car vous serez tenus pour responsables. Et de grâce, dites à vos ministres d'arrêter de se cacher derrière le bilan de 10 ans de droite. Que diable, assumez! Cela serait peut-être plausible si votre politique était radicalement opposée, cela devient risible au vu des mesures économiques et sociales de ce gouvernement Ayrault qui n'a pas de direction, hormis celle des 3% de déficit, inatteignables, vous le savez très bien.

Un français de gauche qui veut encore croire au sursaut de la social-démocratie, malgré les exemples grecs (Papandreou, piètre président de l'Internationale Socialiste), espagnols (Zapatero et son économie de la construction immobilière libéralisée conduisant au désastre actuel), allemands (Schröder et ses lois Hartz de droite, veritables assomoirs anti-sociaux), anglais (Blair et sa libéralisation catastrophique socialement de l'économie anglaise).


TL

Posté par titiactu à 21:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire