De libertés en crises

26 février 2013

Chaos politique en Italie

J'avais beau zappé ce matin sur tous les canaux de mon autoradio (France Inter, France Culture, etc..), le même discours de gens surpris et se posant des questions sur la légitimité des votes européens. La politique d'austérité mène au chaos démocratique. Ces mêmes experts touchés par la grâce de leur propre génie ne comprennent pas le vote italien. Les discours des experts ce matin : l'austérité est obligatoire mais comment faire avec des scrutins qui dégagent partout les sortants? Il est clair que les conséquences de cette austérité ne touchent pas ces gens qui appuient sur des boutons, jurant qu'ils ont tout compris alors qu'ils en oublient le paramètre essentiel : le paramètre humain. Ils ne le maitriseront jamais et c'est heureux. A certains moments, je me suis demandé si ces gens n'étaient pas à la limite de souhaiter la suspension de la démocratie.Leur discours soi-disant de "bon sens" se heurte aux belles idées qu'ils défendent partout ailleurs, n'ayant aucune honte à prôner l'ingérence dans les contrées soi-disant moins démocratiques. Cependant, leur droit-de-l'hommisme à géométrie variable (on attend toujours de leur part la dénonciation de la dictature qatarie) ne fait pas long feu lorsque ce sont leurs propres contrées qui sont en question. Le Peuple italien a décidé de manière démocratique, remettre en question sa décision en dit long sur les arrière-pensées bien loin de la démocratie de ces experts auto-proclamés. Certes, je ne me réjouis pas du score d'un ancien humoriste, raciste, xénophobe et antisémite (Beppe Grillo) mais il symbolise le rejet de toute une classe politique aux mains d'une finance qui ne sait plus quel Dieu elle sert. Si l'on additionne en Italie le score de tous les partis anti-européens, on dépasse les 50%.

En France, cette contestation à courte vue (mais légitime car démocratique) est symbolisée par la boutique de la famille Le Pen. Je dis attention!!!

Et ces experts de pacotille, honnêtement surpris, car ils n'y comprennent rien, rêvent d'un nouveau gouvernement d'Union Nationale en Italie pour passer outre la voix de la démocratie. Déjà que Mario Monti dirige l'Italie depuis plus d'un an sans avoir été élu... Son score : 10% Son résultat : passage de la dette de 120% à 127% du PIB.
Alors, Hollande et consorts : l'austérité, on continue?


TL

Posté par titiactu à 19:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire